Le retour de la grippe aviaire - Influenza aviaire hautement pathogène H5N8 dans des pays voisins de la France

 
 

À la suite de la découverte de nouveaux cas d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8 dans plusieurs pays d’Europe et sur la base d’un avis de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), le ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt a décidé de relever le niveau de risque vis à vis de la maladie de "négligeable" à "modéré" sur l’ensemble du territoire national.

Les cas détectés récemment chez nos voisins européens (1) touchant plus particulièrement les oiseaux migrateurs, le ministère a également décidé de relever le niveau de risque dans les zones humides qui concentrent la faune sauvage et constituent des arrêts sur la route des oiseaux migrateurs. Dans ces zones dites « zones écologiques à risque particulier» (cf carte en lien ci-dessous), le risque lié à l’influenza aviaire est désormais qualifié « d’élevé ». Pour le département du Val-d’Oise seule la commune de La Roche Guyon est considérée comme une zone écologique à risque particulier, et donc classée à risque élevé, le reste du département étant en risque modéré comme indiqué ci-dessus.

> Carte des zones à risque - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,52 Mb

Afin d’éviter toute incursion de ce nouveau virus dans les élevages du territoire national, des mesures de biosécurité renforcées doivent être mises en place :

Dans l’ensemble du département,

- est obligatoire la surveillance quotidienne des élevages ou autres lieux de détention de volailles

- sont soumis à restrictions l'utilisation des appelants pour la chasse au gibier d'eau et les rassemblements d’oiseaux (foires, salons)

- sont interdits : les lâchers de pigeons voyageurs et le transport d’appelants pour la chasse au gibier d’eau.

En plus, sur le territoire de la commune de la Roche Guyon, le confinement ou la pose de filets permettant d'empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages devient obligatoire pour :

- tous les élevages de volailles non commerciaux (basses-cours) ;

- tous les élevages commerciaux de volailles, sauf dérogation telle que précisée dans l'arrêté ministériel du 16 mars 2016.

Sur ce même territoire, le lâcher de gibier, le transport et le lâcher de gibier à plumes et les déplacements d’appelants sont interdits.

Il est par ailleurs rappelé que, par arrêté ministériel du 8 février 2016, tout détenteur de volailles a des obligations en termes d’application de mesures de biosécurité. Ainsi en tout temps des mesures destinées à éviter les contacts avec la faune sauvage, notamment aux points d’alimentation et d’abreuvement doivent entre autres être prises.

Un document d'information relatif aux élevages non-commerciaux et aux mesures de prévention qui leur reviennent est téléchargeable sur le lien :

> renforcement biosécurité basses courts 18 11 2016 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,14 Mb

La préfecture souligne l'importance, pour la filière avicole, de ces mesures obligatoires de prévention qui sont destinées à nous prémunir de l’introduction en France du virus de l’influenza aviaire.

La vigilance de chacun est appelée pour signaler toute mortalité sur des oiseaux sauvages.

Pour toute question particulière, les professionnels ou particuliers peuvent contacter la Direction Départementale de la Protection des Populations,  service Santé, Protection Animales et Environnement :

01 34 25 45 00

ddpp@val-doise.gouv.fr

(1) Allemagne, Autriche, Croatie, Danemark, Hongrie, Pays-Bas, Pologne, Suisse.